VBL
BLS

La branche suisse du transport de marchandises s’engage pour une comodalité forte

L’Union des transports publics (UTP), les CFF, l’Association suisse des transports routiers (ASTAG) et l’Association suisse des chargeurs (VAP) ont signé une prise de position commune à la fin septembre. Les partenaires y réaffirment leur étroite collaboration et appuient le mandat constitutionnel visant à transférer le trafic de transit transalpin de la route au rail.

L’ouverture du tunnel de base du Ceneri à la fin 2020 scellera l’accomplissement de l’ouvrage du siècle que représente la «nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes» (NLFA). Le corridor de quatre mètres de bout en bout entre Bâle et le nord de l’Italie favorisera le transfert de la route au rail d’une frontière à l’autre, et générera des capacités supplémentaires pour plus de 240 000 semi-remorques par an.

Une année avant la mise en service du tunnel, l’UTP, les CFF, l’ASTAG et la VAP ont signé un document de position commun. Ils y déclarent s’engager pour un trafic marchandises performant et durable, contribuant à la compétitivité et à l’écologie de la Suisse. De plus, la branche du transport de marchandises appuie le mandat constitutionnel visant le transfert du trafic transalpin.

Une approche entrepreneuriale et des conditions-cadres optimales

Sur le rail comme sur la route, d’importants efforts entrepreneuriaux ont été consentis et le sont encore en vue de pérenniser le transport de marchandises. Outre ceux-ci, il est indispensable de bénéficier de conditions-cadres aussi bonnes que possible. Les signataires de la prise de position considèrent qu’il faut notamment agir vis-à-vis des infrastructures et des conditions de régulation:

  • Afin que le système reste compétitif, des investissements sont nécessaires en faveur de l’aménagement des lignes de transport de marchandises. Ces travaux doivent impérativement être intégrés à l’étape d’aménagement PRODES 2040/45.
  • Les gares de formation doivent être équipées de voies de réception de 750 mètres, le débord doit devenir plus performant. De plus, les capacités de transbordement doivent être accrues au Tessin, en vue de développer des solutions comodales dans l’import-export.
  • Les réglementations en vigueur concernant le transport routier de marchandises doivent être maintenues: la RPLP, l’interdiction de circuler la nuit et le dimanche pour les camions, la limite de poids autorisé fixée à 40 tonnes et l’interdiction du cabotage ne sont pas contestées au sein de la branche.

Un trafic marchandises performant et organisé selon les besoins est essentiel pour assurer la qualité d’approvisionnement en Suisse. Pour cela, l’économie et la population doivent pouvoir compter sur des transporteurs innovants, pérennes et respectueux de l’environnement. C’est le seul moyen de garantir que le courrier soit acheminé rapidement, que les entrepôts soient approvisionnés de manière satisfaisante et que les hôpitaux disposent en permanence des médicaments nécessaires.