VBL
BLS

Crédit d’engagement du TRV: l’UTP dit «oui, mais»

Le Conseil fédéral propose un crédit d’engagement de 3970 millions de francs pour les années 2018 à 2021. Ce montant comprend les 160 millions de francs à travers lesquels la Confédération participe au financement des coûts supplémentaires du trafic régional voyageurs (TRV) par rapport à la situation planifiée pour 2017. Les moyens nécessaires restants, soit 722 millions, doivent être apportés par les cantons et les ET. L’UTP s’oppose à cette condition dans sa prise de position relative au crédit du TRV.
Les ET sont conscientes de la situation délicate en matière de financement et sont prêtes à fournir leur contribution à la couverture des coûts supplémentaires. Le taux de couverture du TRV s’est continuellement amélioré ces dernières années grâce à de considérables gains d’efficacité. La branche des TP s’efforce également de réduire les pics de transport afin d’augmenter le taux d’occupation durant les heures creuses. Les moyens manquants pour les aménagements significatifs de l’offre exigés par les commanditaires et les coûts qu’ils induisent ne peuvent cependant pas être uniquement compensés par des gains d’efficacité. Ceci entraînerait obligatoirement un report partiel des coûts sur la clientèle.

Mesures tarifaires délicates

L’UTP soutient la volonté de faire participer la clientèle à une amélioration de l’offre, mais elle rejette une hausse brusque des tarifs, car l’écart est aujourd’hui déjà trop grand entre les prix du trafic individuel motorisé et ceux des transports publics. L’acceptation de nouvelles augmentations de prix est très faible. La branche des transports publics est d’avis qu’il n’est plus possible d’augmenter les tarifs sans une évolution simultanée vers le haut des prix du trafic individuel motorisé.

Facteurs d’augmentation des coûts

Les conditions-cadres légales et les exigences, par exemple dans les domaines de la sécurité ou de la qualité, se sont multipliées. Elles alourdissent les charges des entreprises et constituent un facteur réel d’augmentation des coûts. Ceci s’oppose aux efforts des ET en matière d’efficacité et de productivité. Les dispositions et les processus doivent être remis en question quant à leur efficacité par les commanditaires et nettement simplifiés.

Réforme du TRV

Le crédit d’engagement prévu est un pas dans la bonne direction. L’UTP salue le fait que la Confédération pousse en faveur de la réforme du TRV. L’infrastructure et les moyens d’exploitation sont planifiés et financés sur le long terme. La suppression d’offres sur le court terme ne mène donc pas aux économies de coûts souhaitées. Pour que les transports publics puissent être financés, il est capital que la planification de l’offre, du financement et de l’infrastructure soient coordonnés et définis de façon contraignante. A long terme, il s’agit de créer un cadre financier plus solide à même d’absorber les variations annuelles.