Alter Browser

Se connecter


Bourse d'emploi

Bourse d'emploi

Postes vacants dans les entreprises de transport.

continuer
Newsletter

S'abonner à eVoyage

 

S'abonner à RTE NEWS

 

e-newsletters

Newsletter des tp
eVoyage
TECH NEWS
RTE NEWS
RhB
SGV
NStCM
VBZ
SOB
VBL
Services > e-newsletters > eVoyage > 1-2019 > Le programme d’encouragement pour les bus électriques et hybrides est prolongé

Le programme d’encouragement pour les bus électriques et hybrides est prolongé

Les nouvelles technologies d’entraînement consomment moins de carburant et contribuent ainsi à la protection de l’environnement. Chaque litre de diesel économisé signifie 2,63 kilos de CO2 émis en moins. Calcul fait, un bus électrique rejette, selon son kilométrage, sa taille et sa consommation, entre 60 et 90 tonnes de CO2 par an de moins qu’un bus diesel traditionnel. Pour les bus hybrides, l’économie se monte à 15-20 tonnes. De ce fait, la fondation myclimate gère un programme depuis 2014 soutenant financièrement l’exploitation de bus électriques et hybrides. En participant au programme, les entreprises reçoivent une indemnité pour chaque tonne de CO2 économisée relativement aux émissions d’un bus diesel comparable. Cet encouragement est rendu possible par une disposition de la loi sur le CO2, et c’est un succès: depuis son lancement, sept entreprises de bus prennent part au programme, chiffre en constante augmentation.

Les entreprises participantes touchent 112 francs par tonne de CO2 économisée. Pour un seul bus électrique, cela représente un montant de quelque 80 000 francs sur dix ans. Les indemnités sont versées chaque année, alors que la participation comporte très peu de charges. Les participants s’engagent à transmettre annuellement les données servant au calcul des économies de CO2 par voie électronique.
 
Le programme est ouvert dans la même mesure aux entreprises de transports publics qu’aux exploitants de bus privés de toute la Suisse. L’adhésion est possible en tout temps. Actuellement prévu au moins jusqu’en 2030, le programme dépend de la demande de certificats sur la base de la loi sur le CO2 révisée au 1er janvier 2021.

Plus d’informations