TMR
Stanserhorn

Glossar

Kesako? Vous trouverez ici notre glossaire contenant des informations sur les termes techniques pertinents pour le secteur des transports publics.
 

Qu'est-ce que le GPS?



Le PGS (Global Positionin System) est un système de positionnement par satellites permettant une localisation partout dans le monde.

Développé à l’origine pour l’armée américaine, le GPS n’est utilisé dans le domaine civil que depuis quelques années. Les progrès réalisés dans la technologie des puces électroniques permettent aujourd’hui d’utiliser le GPS sur les smartphones et les téléphones portables. Dans ce domaine, la technologie est utilisée aussi bien pour la localisation que pour déterminer un parcours. A cette fin, les appareils GPS comprennent des cartes géographiques.

La localisation d’un appareil peut être utile avant tout en cas d’accident, mais peut aussi être utilisée par des parents ou des proches pour retrouver des enfants égarés ou des personnes désorientées. L’utilisation de la fonction de localisation par l’employeur nécessite une réglementation interne à l’entreprise conformément aux dispositions en vigueur en matière de protection des données. Le GPS s’avère aussi particulièrement utile pour retrouver des véhicules volés.  

L’utilisation d’appareils GPS dans des espaces fermés n’était pas prévue à l’origine, si bien que les puces ordinaires n’y fonctionnent pas ou alors de manière très limitée. L’appareil peut notamment fonctionner lorsque l’utilisateur le place près d’une fenêtre.

Les téléphones portables modernes équipés d’un GPS disposent d’un récepteur à corrélation particulier qui permet d’utiliser le GPS dans des espaces fermés grâce à une puce d’un nouveau genre. La puce la plus connue de cette génération est la SiRFstar III.

Grâce à l’utilisation parallèle d’une grande quantité de récepteurs et à une analyse synchrone des signaux reçus, la localisation est aussi possible en intérieur. La puce u-blox 5 fonctionne de manière analogue. La précision est néanmoins limitée dans les espaces fermés, si bien qu’il peut y avoir des variations allant jusqu’à 10 mètres entre la position calculée et la position effective.

Qu'est-ce que la NFC?


La technologie NFC (communication en champ proche) désigne un standard de transfert de données dans un périmètre proche, à savoir sur une distance de quelques centimètres. Le transfert se déroule sans fil.  

La plupart des transferts de données par NFC sont intuitifs, c’est-à-dire qu’un appareil adapté comme un téléphone portable NFC doit être simplement tenu à proximité d’un autre appareil ou d’un support du même genre («Tag NFC») sur lequel des informations sont enregistrées. Par ailleurs, le transfert et l’application éventuellement reliée se lancent automatiquement et/ou après confirmation par pression sur une touche.

Le transfert peut atteindre une vitesse maximale de 424 kB/s. Le transfert est donc plus lent avec la technologie NFC qu’avec des technologies parentes comme le Bluetooth ou le Wi-Fi, mais présente des avantages majeurs en termes de sécurité. Il peut en effet s’effectuer en unidirectionnel ou en bidirectionnel, ce qui permet d’échanger et de dialoguer dans les deux directions entre deux appareils reliés. La technologie NFC peut par exemple être utilisée pour des transactions diverses, pour échanger des contenus numériques ou relier des appareils entre eux.

En principe, on distingue trois modes de transfert de données NFC:

Lecture d’informations stockées sur un support passif par un appareil NFC. Par exemple, transfert d’une date de concert à partir d’un tag NFC intégré à une affiche afin de l’enregistrer et d’établir un rappel sur un téléphone portable NFC.

Lecture d’informations à partir d’un terminal NFC par un appareil NFC actif. Par exemple, lecture de billets de concert électroniques enregistrés sur un téléphone portable NFC par un terminal NFC à l’entrée de la salle de concerts.

Echange bidirectionnel de données entre deux appareils NFC pour dialoguer. Le standard NFC est développé par différentes entreprises issues de branches diverses comme les fabricants de téléphones portables ou de semi-conducteurs, entreprises de télécommunications, exploitants de réseaux, développeurs et entreprises issues de la finance.

 

Qu'est-ce que la RFID?


La RFID (Radio Frequency Identification) est un procédé d’identification automatique qui s’est largement répandu ces dernières années dans de nombreux domaines. Il s’agit d’une technique de communication sans contact qui transfère des informations servant à l’identification de personnes, d’animaux, de biens et de marchandises.

La RFID offre de nombreuses nouvelles possibilités qui n’étaient pas réalisables avec les systèmes d’identification utilisés jusqu’ici. Un système RFID se compose d’une part d’un support de données (appelé transpondeur ou TAG) et d’autre part d’un appareil d’écriture/lecture équipé d’une antenne. La RFID fonctionne au moyen d’ondes électromagnétiques de faible intensité  émises par un lecteur. Lorsqu’un transpondeur se situe à portée de cette antenne, on peut y lire des informations sans contact ou y enregistrer des données.  

On distingue deux types de transpondeurs:

Les transpondeurs passifs n’ont pas d’alimentation propre et tirent directement leur énergie à partir du lecteur; ils ne nécessitent donc aucun entretien. Toutefois, la portée du lecteur dépend fortement de la taille du transpondeur, de la fréquence et de l’antenne.

Les transpondeurs actifs sont bien plus complexes et possèdent une alimentation intégrée (batterie ou accumulateur) qui leur confère une portée plus étendue. En raison de l’alimentation par batterie ou par accumulateur, leur durée de vie est limitée et leurs coûts de production dépassent plusieurs fois ceux des transpondeurs passifs.

Les transpondeurs sont disponibles en diverses fréquences (125 kHz, 134,2 kHz, 13,56 MHz, 868 MHz, 915 MHz et 2,45 GHz) et varient très fortement en termes de propriétés de lecture ou de portée. 

 

Qu'est-ce que Bluetooth?



Bluetooth est une interface sans fil permettant à 8 terminaux au maximum, comme les téléphones portables, les ordinateurs, des lecteurs MP3 ou d’autres appareils périphériques, de communiquer entre eux.

Développé à la fin des années 1990 par IBM, INTEL, Ericsson, Nokia et Toshiba, le fameux «Bluetooth Special Interest Group», Bluetooth vise à simplifier les connexions en supprimant les liaisons filaires. Le standard également connu sous la désignation IEEE 802.15.1 opère dans les bandes de fréquence ISM (entre 2,402 GHz et 2,480 GHz), dont l’exploitation ne nécessite pas de licence, et transfère les données et la voix sur une largeur de bande relativement faible de max. 2,2 MBit/s (suivant la version).

Ce nom doit son origine à Harald Blauzahn (blau: blue, Zahn: tooth) qui, au XXe siècle, unifia non pas des appareils techniques mais tout de même le Danemark et la Norvège.

L’un des grands avantages de Bluetooth est que les appareils, contrairement aux anciens appareils à transmission infrarouge, ne nécessitent pas de visibilité directe pour l’échange de données et consomment très peu d’énergie grâce à la faible puissance absorbée. La portée maximale est d’au moins 10 m, suivant la classe de puissance.

Le Bluetooth Special Interest Group (SIG) développe la standardisation d’Ultra Low Power Bluetooth (ULP), qui s’appellera plus tard Bluetooth Low Energy (BLE), spécialement pour les applications à très faible consommation d’énergie. Bluetooth permet de réaliser des réseaux sans fil sur lesquels fonctionnent de nombreuses applications LAN.

 

Qu'est-ce que le Wi-Fi?



L’abréviation Wi-Fi désigne Wireless Fidelity, en français réseau local sans fil, qui transmet les données par ondes radio dans une zone définie. La portée d’un tel réseau dépend de l’émetteur des ondes Wi-Fi. Des portées allant jusqu’à 100 mètres sont possibles et peuvent être prolongées jusqu’à 300 mètres à l’aide d’une antenne externe.

Tout appareil disposant d’un récepteur Wi-Fi peut accéder à un réseau local. Afin de protéger les données à l’encontre de tiers, il est impératif de crypter le réseau ou de le protéger par un mot de passe contre tout accès non autorisé. Les débits de transmission du Wi-Fi sont particulièrement rapides en comparaison à d’autres réseaux sans fil. L’élément déterminant pour la vitesse est le bloc de fréquence du réseau Wi-Fi. Ces fréquences sont marquées de la variante IEEE 802.11a jusqu’à IEEE 802.11n. Ces variantes indiquent la gamme de fréquences utilisée et la vitesse de transmission des réseaux sans fil. Les variantes a et g ont une vitesse de transmission maximale de 54 Mbit/s, la variante b de 11 Mbit/s, la variante n de 589 Mbit/s.

Aujourd’hui, les réseaux Wi-Fi sont de plus en plus utilisés sur les téléphones portables pour échanger des données ou accéder à Internet. Les smartphones font ainsi figure de chefs de file dans la technologie Wi-Fi. Ils sont équipés de récepteurs Wi-Fi intégrés, qui permettent un transfert rapide des données. Les programmes spéciaux de transfert des données et les logiciels Internet sous la forme de navigateurs ou de clients e-mail permettent d’utiliser le réseau Wi-Fi comme sur un PC ordinaire.

Sur les téléphones portables, le transfert de données par des réseaux sans fil locaux est bien plus rapide que via l’interface Bluetooth ou UMTS et HSDPA. C’est la raison pour laquelle les téléphones portables d’affaires sont toujours équipés d’antennes Wi-Fi.